Un caneton dans une ferme du Calvados, en mars 2017.
Un caneton dans une ferme du Calvados, en mars 2017. (PHOTO12 / GILLES TARGAT)

Grippe aviaire : une association propose de parrainer des canetons pour aider les éleveurs

Il suffit d’un clic pour passer de la compassion à l'action. Parrainer un canard du Sud-Ouest, voilà l'idée originale de l'association La Cagnotte des champs pour donner un coup de pouce aux producteurs touchés par la grippe aviaire. Après le vide sanitaire, ces derniers pourront reprendre l'élevage à partir du 29 mai prochain et donc reconstituer leurs cheptels.

L'"opération PalmipAide", elle, sera officiellement lancée le 15 mai prochain mais, il est d'ores et déjà possible de faire un don sur la plateforme de financement participatif du site de l'association. "On peut parrainer un canard pour une somme de 5 euros, un couple de canards pour 10 euros ou même une famille de canards pour les plus généreux qui voudraient faire un don de 20 euros", explique le Lillois Paul Dufour, l'un des fondateur de La Cagnotte des champs. L'association, qu'il a créée avec un autre ingénieur agronome, permet de soutenir les agriculteurs par le financement participatif.

Montrer aux éleveurs qu'il y a de la solidarité

Les donateurs peuvent nommer le canneton qu'ils parrainent. 1 200 euros ont déjà été promis pour l'"opération PalmipAide", preuve que ce drame économique provoque également de la solidarité. C'est d'ailleurs l'autre l'objectif de l'association : "L'impact premier que l'on recherche à travers une opération comme celle-là, c'est plutôt de montrer aux éleveurs qu'il y a de la solidarité dans la filière et qu'ils ne sont pas tout seuls", indique Paul Dufour.

Cela permet d'aider financièrement un producteur ou un éleveur à repeupler son exploitation mais c'est aussi, et surtout, pour créer de la solidarité.

Paul Dufour, co-fondateur de La Cagnotte des champs

à franceinfo

La Cagnotte des champs a déjà retenu deux producteurs du Gers, des fermes familiales qui ont le souci du bien-être animal et du développement durable. La cagnotte ne sera bien sûr qu'une petite aide par rapport à celle donnée par l'État mais elle est fondamentale pour créer du lien et repeupler les élevages. "Le rachat des premiers cannetons va tourner autour de 1 000 à 3 000 euros pour des petites exploitations, note Paul Dufour. 

 

 La Cagnotte des champs n'en est pas à sa première campagne. Elle cherche notamment à financer un outil permettant un désherbage innovant et sans pesticides ou encore à soutenir un artisan-boulanger dans l'achat d'un fournil et fabriquer du pain bio sans gluten. Jusqu'à présent, plus de 1 000 contributeurs ont déjà participé et 3 700 euros ont été récoltés. L'association a déjà aidé un agriculteur du Nord à se lancer dans la fabrication de yaourts en circuit court.