Voir la vidéo
France 3

Automobile : la Formule E passée au crible

Le journaliste de France 3 Jean-Sébastien Fernandes a eu la chance de pouvoir tester une Formule E, similaire à celles qui vont participer au Grand Prix de Paris samedi 20 mai. Sous le capot, une batterie électrique, afin de ne pas rejeter de CO2. "C’est très étroit, on rentre dans le cockpit et on essaye de trouver sa position", explique le journaliste.

230 km/h de vitesse maximale

L’absence de bruit est frappante, tout comme la puissance de la voiture, qui passe de 0 à 100 km/h en trois secondes. "À la conduite, c’est très surprenant, on a une poussée qui est très vive, instantanée. On ressent le plaisir d’une voiture de course, sans le désagrément du bruit", poursuit le journaliste. Vitesse maximale, 230 km/h, et dans un an, l’autonomie de sa batterie aura doublé, passant de 45 à 90 minutes. Ces bolides seront à Paris pour la seconde édition du Grand Prix, et l’année dernière, le public avait été séduit.