Voir la vidéo

VIDEO. "13h15". Quand Renaud a franchi l'anneau de béton du périphérique

La contestation de l'ordre établi, l'ouverture aux autres et l'envie d'un monde plus fraternel héritées des événements du mois de mai 1968 vont mener Renaud Séchan, le jeune Parisien du 14e arrondissement, à s’intéresser à une autre population qui vit de l’autre côté du périphérique…

Le jour se lève sur ma banlieue / J’ai froid c'est pourtant pas l’hiver / Qu’est-ce que j'pourrais foutre nom de Dieu / J’ai pas un rond et j'ai pas l’air sérieux, sérieux… Avec La Chanson du loubard, Renaud franchit l’anneau de béton qui ceinture la capitale et découvre une autre France, la "banlieue rouge".

"Une population qu’une partie de la France ignore"

Les villes dites de demain construites par les architectes dans les années cinquante et soixante n’ont pas tenu la promesse faite à leurs habitants d’une vie radieuse… Dans sa chanson Mon HLM, Renaud tient la chronique de ce déjà mal-vivre périurbain : Putain c'qu'il est blême, mon HLM ! / Et la môme du huitième, le hasch, elle aime !

"Il va devenir le porte-parole d’une jeunesse que l’on n’a jamais entendue à la télévision ni à la radio. Renaud ouvre la porte sur une population qu’une partie de la France ignore", explique Didier Varrod, directeur de la musique à France Inter... Pis y'a aussi, dans mon HLM / Un nouveau romantique / Un ancien combattant / Un loubard et un flic…