Les élèves de terminale choisissent leur orientation à l\'aide de la plateforme en ligne admission post-bac. 
Les élèves de terminale choisissent leur orientation à l'aide de la plateforme en ligne admission post-bac.  (THOMAS PADILLA / MAXPPP)

Admission post-bac : 87 000 lycéens attendent toujours d'être affectés dans une université à la rentrée

Certains élèves ne sont toujours pas fixés sur leur sort. Les résultats du dernier tour d'admission post-bac (APB) sont tombés, vendredi 14 juillet. Les élèves de terminale qui ont obtenu leur baccalauréat ne savent toujours pas où ils seront à la rentrée.

Les résultats du dernier tour d'admission post-bac publiés, vendredi, laissent encore 86 969 candidats sans proposition. Ils sont toujours inscrits sur APB, a fait savoir le ministère de l'Enseignement supérieur. Ils étaient 117 000 sans aucune proposition après le second tour de calcul de l'algorithme fin juin, alors que certains avaient formulé une vingtaine de vœux. Les universités manquent de place.

Des candidats toujours dans l'attente

9 726 candidats ayant formulé un vœu 1 absolu dans une licence non sélective de leur secteur sont encore en attente de proposition sur leur premier choix, c'est 7 000 de moins que lors du second tour d’APB. 541 204 propositions d’admission ont été faites aux candidats. Cela représente un taux de satisfaction de 84,3%.

Les bacheliers, qui ne l’ont pas déjà fait, ont jusqu'au 19 juillet 14 heures pour se prononcer sur les admissions proposées. La procédure complémentaire, débutée le 27 juin, se poursuivra jusqu’au 25 septembre pour trouver des affectations aux 87 000 élèves sans proposition.

9 000 places ouvertes en urgence

La ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal, explique faire un travail de dentelle depuis un mois. À force de négociations avec les présidents d'université, elle a réussi à les convaincre d'ouvrir, par exemple, un millier de places supplémentaires en première année de médecine en région parisienne. Au total, plus de 9 000 places ont été ouvertes en urgence dans des dizaines de filières.

Ces ouvertures restent malgré tout insuffisantes. En septembre, 40 000 étudiants supplémentaires vont arriver sur les bancs de la faculté. Cette explosion démographique n'a pas été franchement anticipée par les gouvernements précédents. Frédérique Vidal s'emploie à régler ce problème, en sortant le carnet de chèques. Elle vient d'écrire aux doyens des universités de sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), une filière particulièrement en tension. Dans ce courrier, la ministre de l'Enseignement supérieur leur demande d'ouvrir des places supplémentaires en urgence, en échange d'une aide financière.

Le ministère de l’Enseignement supérieur a par ailleurs indiqué dans son communiqué que la ministre Frédérique Vidal lancera une "concertation sur la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur" à compter du lundi 17 juillet. "Cette concertation, rassemblant tous les acteurs de l’enseignement supérieur, se poursuivra dans les prochains mois afin de proposer des solutions pour la rentrée universitaire 2018", éclaire le ministère.

plus