Voir la vidéo
France 3

Asie : le trafic juteux des cornes de rhinocéros

C'est une tradition, une superstition ou un fantasme bien ancrés dans les cultures et dans la mentalité d'une médecine traditionnelle deux fois millénaire, qui a coûté la vie à beaucoup d'animaux, certains en voie d'extinction. En tête des prescriptions, selon Arnaud Miguet, correspondant de France Télévisions qui s'exprime depuis Pékin (Chine), l'os de tigre ou la corne de rhinocéros pour leur vertu aphrodisiaque, soigner d'une fièvre ou d'un cancer.

Pékin valorise la médecine traditionnelle

Récemment au Vietnam, raconte-t-il, une grande publicité a été faite autour d'un officiel qui serait entré en rémission d'un cancer grâce à de la corne de rhinocéros. La demande a explosé immédiatement même si les vertus thérapeutiques n'ont pas été prouvées. La médecine traditionnelle revient en force en Asie, en Chine surtout, car le gouvernement a décidé de la mettre en avant. En Chine, le patient est choyé. Chacun a sa propre préparation. Et c'est un signe extérieur de richesse, car la corne de rhinocéros vaut plus cher au kilo que le kilo d'or. Enfin, l'essentiel dans la guérison, c'est aussi d'y croire, disent les médecins traditionnels. Et en Chine, on n'en démord pas, conclut le journaliste.